On aimerait pousser un cri.

Publié le par julien hablainville & arnaud gaidon

Assez régulièrement, des agences ou des annonceurs nous envoient leurs dernières créas. On ne les publie pas toutes ici, loin de là. Soit par manque de temps, soit par manque d'intérêt (on reçoit des trucs des fois, on se demande qui nous a inclu dans la sélection des blogs...), soit carrément parce que c'est tellement mauvais qu'on ne pourrait en dire que du mal (et c'est épuisant d'être méchants). Envoyez-nous vos créas, oui, mais ayez un peu de recul, quand même, inutile de nous envoyer quelque chose qui est ostensiblerment anti-créatif (ou alors c'est que vous cherchez les coups ;-)

 

Pourquoi ils nous racontent tout ça, nous direz-vous ? Et bien pour que vous puissiez un peu mieux comprendre notre état d'esprit quand on a reçu, il y a quelques jours, le petit film dont on va vous parler. En voyant le mail (très institutionnel), en lisant le pitch du film (très classique), on a eu peur. Vraiment.

Surtout que cela n'émanait pas d'une grosse agence, ni d'un annonceur réputé pour ses créas barrées qui ramassent des tonnes de prix, et qu'il n'y avait pas George Clooney dans les crédits.

 

Malgré tous ces a priori, on a tout de même regardé la vidéo. Notamment parce que pendant trente secondes ça nous permettait de glander au lieu de bosser.

 

Et résultat des courses, on a adoré. On vous laisse vous faire votre propre avis, on détaille un peu plus sous la vidéo.

 

 

Client : Editions Le Pré aux clercs

Concepteur-rédacteur : Julien Sens

Réalisation : Julien Sens

Actrice : Camille de Clerck

 

Un film sans prétention, avec de petits (voir pas de) moyens, une idée couillonne qui fonctionne bien, en plus sur un produit qu'on n'a pas tellement l'habitude de voir aux centres d'opé sympas,...

Deux petits regrets (bah ouais quand même, on va pas non plus dire QUE du bien, sinon vous allez croire qu'ils nous ont payé... alors qu'ils nous ont même pas envoyé le bouquin, que dalle) :

- la réal quand même un peu light (ok, ils ont pas non plus fait appel à Martin Scorsese hein, m'enfin bref), y avait p'tête moyen d'optimiser un peu plus

- mais surtout on a regretté l'absence d'une scène où la comédienne abandonne son bouquin sur son banc et parte en courant, afin que les gens intrigués viennent voir ce qu'elle lisait. Ça aurait été un plus, éventuellement. Là on la voit juste crier, et se remettre à lire. Si les gens avaient pu être piqués encore plus au vif et s'emparer du bouquin, on aurait applaudi des deux mains (là on n'applaudit que d'une main, ce qui n'est pas facile au passage, c'est même tout un art).

 

Ces deux détails mis à part, on a vraiment eu une bonne surprise avec cette vidéo, et on espère que cela va ouvrir la voie pour ce genre de produits culturels, en incitant d'autres éditeurs/annonceurs à faire des opés de com' un peu sympas et originales.

Voilà, tout est dit.

Ah non :

YYYIIIIIIIHHHHH (cris suraigus et hystériques façon horde de jeunes filles devant l'acteur de Twilight).

On avait oublié de pousser notre cri.

Publié dans VIDÉO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Monsieur Labeille 06/04/2010 17:38


C'est quand même super léger comme opé. Surtout pour un livre, ça sent le pur proactif qu'un créatif a trouvé et c'ets dit "allez tiens, je vais le tourner moi-même". Un livre qui fait peur donc le
lecteur crie et ça interpèle des gens ??? Wahoo. Ca me parait pas folichon comme "saut créatif". Je penche pour la même réaction que Nico (le post au-dessus), ça sent le copinage...


julien hablainville & arnaud gaidon 06/04/2010 21:19



pas de copinage, non non, même si ça nous arrive, là on a regardé la vidéo, rigolé, et ensuite regardé qui l'avait réalisée.


Effectivement c'est peut-être pas l'idée du siècle par rapport à d'autres opés de guerilla super poussées et complexes sur d'autres produits, mais sur des bouquins, nous c'est la première fois
qu'on voyait un truc un peu original, sûrement que ça joue dans notre perception.


Que ce soit du proac ou pas, en fait ça nous gêne pas, s'il faut faire du proactif pour sortir des choses sympas, bon bah ok, on se fait une raison, sans problème.


Enfin voilà, nous ça nous a fait marrer, mais peut-être qu'on est bon public sur le coup.



Enaco 06/04/2010 16:39


Concept qui fait toujours sourire! Le coups de la caméra caché et surtout regarder les réactions différentes me font bien marrer ! Original pour une opé !


julien hablainville & arnaud gaidon 06/04/2010 21:21



yep, c'est aussi notre avis :)



Nico 02/04/2010 20:37


La qualité de votre blog en tout cas est de présenter pleins de choses différentes. Hop pompes cirées


julien hablainville & arnaud gaidon 02/04/2010 21:02



(nickel, on se voit dedans :)


mais merci, c'est toujours agréable à lire (on va choper un melon, nous... hein ?!? comment ça c'est déjà fait ?!? ah bah zut)



Nico 01/04/2010 18:44


C'est du copinage ou vous avez vraiment aimé ?
Franchement des fous à Paris, on en croise partout. Si chacun est en fait l'acteur d'une opé, ça devient craignos :p


julien hablainville & arnaud gaidon 02/04/2010 04:13



Non non, on a vraiment aimé. Ok la réal est amateure au possible, ok ça chopera pas un lion à Cannes, mais pour une fois qu'on reçoit une opé sympa ... (et originale ... on a cherché, on a pas
réussi à retrouver pour l'instant une opé similaire).


Et puis bah...en regardant la vidéo, on a rit bêtement. Après c'est très personnel hein, c'est intéressant de savoir que d'autres sont restés plus insensibles à cette créa.



Publigeekaire 01/04/2010 12:33


- J'aime la musique de fin en bon fan de métal.
- L'annonceur, c'est le Comité de Gilles de la Tourette ? Parce que toujours le même cri, ça fait plus T.O.C que vraie frayeur.


julien hablainville & arnaud gaidon 01/04/2010 12:38



ah nous après plusieurs visionnages et écoutes soignées on a noté des nuances dans les cris ;)


Et puis comme les réactions des personnes autour sont toujours différents, bon, ça fait bien la blague (gros coup de coeur pour le mec qui sursaute et se jette sur sa chaise tellement il a peur)